La cigarette a eu raison de moi

Ça va mal ! Le niveau de ma cartouche descend si vite que j’ai la désagréable impression de perdre des paquets, un peu comme lorsque je viens de tirer de l’argent, et que quelques emplettes et quelques heures plus tard, il ne m’en reste plus rien.
Les cendriers débordent tous et mes aller/retour à la poubelle pour les vider s’accélèrent. Des récipients jusqu’à là réservés à d’autres usages commencent à s’improviser cendrier. C’est le début de la fin ! Je suis moi-même devenue une clope ambulante, puisque tous mes vêtements empestent la cigarette. Je ne sors plus de chez moi sans ma bouteille de Febreze dont j’asperge chaque cm2 de tissu, et qui remplace une partie de l’odeur par une douce senteur de naphtaline qui n’a rien de sexy. Mon bureau est recouvert d’une couche de cendre qui s’infiltre entre les touches de mon ordi (et téléphone…), et tous mes documents se teintent de gris. Gris, qui devient d’ailleurs ma couleur. J’ai le teint de Robert Pattinson dans Twilight, les cernes de Gainsbourg, et la poussière de cigarette en dépôt sur mes cheveux me donne un air de Marie-Antoinette.
Les clopes s’enchaînent sans que je m’en aperçoive jusqu’à devenir une extension de mon corps, comme un onzième doigt ou une deuxième bouche, ce qui, puisque j’allume la suivante avec la précédente, a l’avantage de m’économiser l’achat de briquets. Je ne parlerai pas des images immondes qui ornent mes paquets canadiens (autrement plus trash qu’en France, je vous assure) que je ne remarque plus depuis belle lurette (un peu comme le vernis amer après une dizaine d’essais infructueux), mais qui, à mon grand étonnement, continuent de produire leur petit effet dès que je sors mon paquet en public. « Mais cache ça, c’est horrible ! »

A la sempiternelle et inutile (l’un n’empêche pas l’autre) question « -tu fumes ? » lorsque je m’en allume une, en présence d’inconnus, je ne peux plus répondre que « -oui, mais je ne suis pas une vraie fumeuse, je m’arrête quand je veux » sans loucher sur mon nez qui s’allonge. Pire, moi qui ai toujours crapoté, je ne crapote plus. La fumée a franchi toutes les portes pour ressortir fière et victorieuse, ma liberté sous le bras.
Vais-je devoir rajouter aux innombrables listes de résolutions de l’année -Arrêter de fumer ?
M’acheter des méthodes à la con qui ne te font arrêter que pour reprendre de plus belle ? Me trimballer cet été avec des patchs miséreux sur la poitrine ? Me cailler toutes les 10 minutes, cet hiver, (moi qui ai froid à 15°) pour sortir griller ma clope avec les autres drogués, ou pire, les rejoindre dans l’aquarium où tu ne distingues pas le nez de ton voisin à 10 cm, et où le tabac rentre par tous les pores de ta peau pour, si tu ne l’es pas déjà, achever de te posséder ? Je ne sais pas, mais une chose est sûre, j’ai perdu la bataille, je suis définitivement passée du clan des fumeurs indépendants à celui des fumeurs dépendants.
Découvrez toute la collection sur
La boutique
Voir la boutique

Suivez Alix sur Facebook

Suivez moi sur Facebook pour être informé de toutes les nouveautés.
Voir la page

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez régulièrement les dernières nouveautés et bons plans.