Mucha au musée du Luxembourg

Dernièrement, je suis allée voir l’exposition Mucha au musée du Luxembourg. Il fait partie des artistes qui m’inspirent le plus. Il y a tout ce que j’aime dans ses affiches. C’est joyeux, sensuel, fantaisiste, décoratif, féminin, coloré, graphique, onirique, idéaliste… Chaque parcelle de tableau me fascine, et s’il n’y avait pas eu 5 têtes devant chaque oeuvre (cette exposition est légèrement blindée), j’y aurais passé la journée.

Cette série des 4 saisons ,ci-dessous, est ce que j’ai préférée. J’ai fait un montage, mais ce sont bien 4 images séparées.

Mucha au musée du Luxembourg

Le printemps, l’été, l’automne, L’hiver – 1896

Il y a autant de définitions de l’inspiration que de personnes « inspirées ».

En ce qui me concerne, quelque chose d’inspirant, c’est quelque chose qui me rend heureuse en un regard. Puis, inévitablement, après l’extase de la découverte vient l’envie de créer. Puis, l’énergie créatrice diffuse et imprécise prend des formes un peu plus finies (comme une envie de peindre, de faire des fleurs en tissus ou des sacs en vannerie) pour parfois se métamorphoser en projets bien précis.

C’est ainsi que je suis ressortie de l’expo Mucha : avec des idées plein la tête.

Mucha est un artiste tchèque. Il arrive à Paris en 1887 pour commencer une carrière d’illustrateur. Son oeuvre très caractéristique est indissociable du Paris des années 1900 et du style prédominant de l’époque : « l’art nouveau ».

Tout a commencé avec cette affiche. Alors que Mucha se trouve par hasard dans l’atelier de l’imprimeur Lemercier, le directeur de l’imprimerie reçoit un appel de Sarah Bernhardt. Son spectacle Gismonda ne fait pas salle comble, et il faut une affiche pour attirer un nouveau public. On est en 1894 et c’est la veille de Noël, donc aucun des affichistes de renom n’est disponible. Le directeur de l’imprimerie est contraint de demander à Mucha de s’en charger, il lui donne 48 heures. Lorsque Sarah Bernhardt voit l’affiche, elle a un véritable coup de foudre et elle décide de ne plus travailler qu’avec lui.

L’affiche, par son style, ses couleurs, mais aussi son format original tout en longueur, est révolutionnaire pour l’époque. Lorsque celle-ci sort le 1er Janvier 1996, elle a un succès fulgurant. Les gens se l’arrachent, et certains n’hésitent pas à soudoyer les colleurs d’affiches.

Mucha au musée du Luxembourg

Gismonda – 1894

Mucha au musée du Luxembourg

Georges Fouquet d’après un dessin d’Alphonse Mucha Bagues aux paons – 1900

Mucha au musée du Luxembourg

Autoportrait de Mucha en train de travailler sur l’affiche de l’imprimerie Cassan fils – 1896

Bien entendu, je n’ai pas pu m’empêcher de photographier cette image. J’aime voir ce qui se cache derrière les tableaux. J’étais presque déçue en voyant le modèle. Elle m’a semblée très banale en comparaison des femmes que l’on peut voir sur ses tableaux.

Mucha au musée du Luxembourg

Nu posant dans l’atelier de Mucha – Rue du Val-de-Grâce – Paris – vers 1899

Cette image est extraite d’une affiche pour une campagne ferroviaire (ces affiches sont si riches que j’avais envie d’en photographier chaque parcelle).

Pour son style décoratif, Mucha s’inspirait de motifs ornementaux, japonais, celtiques,  grecs, islamiques… Il est bien sûr très influencé par ses origines slaves. A partir de 1896, il introduit beaucoup d’éléments traditionnels de son pays d’origine  (fleurs, robes et motifs botaniques inspirés de l’artisanat populaire morave). Ainsi, les halos que l’on retrouve sur beaucoup de ses oeuvres, rappellent les icônes byzantines.

Mucha au musée du Luxembourg

Campagne ferroviaire PLM – Monaco-Monté-Carlo – 1897

J’aime beaucoup celle ci-dessous. J’aime plus particulièrement la façon dont les fleurs sont réparties dans la chevelure ainsi que le plastron « Egyptien »en demi-lune du décolleté.

Mucha au musée du Luxembourg

Rêverie – 1897


Le succès de Mucha lui vaut des commandes de conditionnements de produits. En 1896, alors qu’il travaille sur l’affiche du lance parfum Rodo, on lui demande de dessiner aussi l’étiquette et les boites des flacons de parfum. J’aime beaucoup les couleurs de cette affiche.

Mucha au musée du Luxembourg

Lance parfum « Rodo » -1896

Mucha au musée du Luxembourg

Lance parfum Rodo – 1896

Mucha au musée du Luxembourg

Dessin au trait avec des motifs de Lys pour « documents décoratifs » – planche 33 – vers 1901

Nous connaissons Mucha pour ses affiches très emblématiques, mais toute une partie de son oeuvre, moins connue était présentée dans cette exposition. Je suis moins fan de cette partie de son travail, néanmoins, cette peinture, ci-dessous, a attiré mon attention. J’aime beaucoup ses couleurs, j’ai d’ailleurs fait un zoom sur la partie qui m’intéresse le plus. Le rose pâle a l’air presque fluorescent.Mucha au musée du Luxembourg

Mucha au musée du LuxembourgSi ces quelques photos vous ont mis l’eau à la bouche, alors n’hésitez pas à aller voir Mucha au musée du Luxembourg. Vous avez jusqu’au 29 janvier pour venir admirer ses affiches.

Découvrez toute la collection sur
La boutique
Voir la boutique

Suivez Alix sur Facebook

Suivez moi sur Facebook pour être informé de toutes les nouveautés.
Voir la page

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez régulièrement les dernières nouveautés et bons plans.